La (fausse) mort des idoles

L'Adoration du Veau d'or (1633-1634), Nicolas Poussin, National Gallery     Devinez donc qui cause ?… Ah, nom d’un petit père Noël en plastic taïwanais, deux Grands Morts en vingt-quatre heures, ça ne pouvait pas lui échapper ! Des tombereaux de voix partout, insinuantes comme l’eau quand elle se fait agent d’invasion incompressible, dévastatrice, inexpugnable, impossible d’y échapper, la mort assurée dans la baignade forcée, mon Dieu que de voix !, ... Continue Reading

Apocalypse

Photo © Thierry Bellaiche     Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. À celui qui a soif, je donnerai à boire gratuitement de la source de l’eau de la vie. Jean, Apocalypse, 21, 6-7     Ça bouillonne, ça bouillonne, Alchimie, Proverbes !   J’ai trouvé la faille (sans l’avoir cherchée)… La faille s’élargit, se dilate, se fait caverne titanesque et obscure comme la matrice noire s’ouvrant, insondable, ... Continue Reading

Baltazar-du-Gazon

Photo © Thierry Bellaiche     L’échec, toujours essentiel, nous dévoile à nous-mêmes, il nous permet de nous voir comme Dieu nous voit, alors que le succès nous éloigne de ce qu’il y a de plus intime en nous et en tout. E. M. Cioran, De l’inconvénient d’être né       — Des couilles en or ! — Plaît-il ? — Des couilles en or je te dis !   José tardait à nous servir nos pintes, et Mimile ... Continue Reading

Gérard ou l’éternité

Gérard de Nerval, photographie d'Adrien Tournachon, dit Nadar Jeune (source Wikimedia Commons)     À Paulette L’Hermite-Leclercq, avec ma vieille affection, toujours aussi présente. TB.     « À une certaine heure, entendant sonner l’horloge de Saint-Eustache, je me pris à penser aux luttes des Bourguignons et des d’Armagnac, et je croyais voir s’élever autour de moi les fantômes des combattants de cette époque ». Gérard de ... Continue Reading

Vivez joyeux

Page d'exergue de l'édition de 1535 de Gargantua, chez François Juste, imprimeur à Lyon   AUX LECTEURS   Amis lecteurs qui ce livre lisez, Dépouillez-vous de toute affection, Et, le lisant, ne vous scandalisez : Il ne contient ni mal ni infection. Vrai est qu’ici peu de perfection Vous apprendrez, sinon en cas de rire ; Autre argument ne peut mon cœur élire, Voyant le deuil qui vous mine et consomme : Mieux est de ris que de larmes écrire, Pour ce ... Continue Reading

Passés

Nature morte aux vieux livres, Jacques Bizet (vers 1650), Musée municipal de Bourg-en-Bresse       Ce tableau n’est pas seulement une image du passé, il est aussi et surtout, à nos yeux d’aujourd’hui, l’image d’un passé de passé, sorte de passé au carré qui nous rend cette représentation radicalement inaccessible, si ce n’est pour en retirer une exclamation un peu primaire – quoiqu’en un sens, fort compréhensible, normale et recevable – du ... Continue Reading

Tête en l’air

Photo © Thierry Bellaiche     Aux nouvelles Éditions du Carnet à Spirale, et à toute leur équipe, pour leur souhaiter Buona Fortuna en ce jour de naissance de leurs quintuplés…     « Chercher un sens à quoi que ce soit est moins le fait d’un naïf que d’un masochiste » E. M. Cioran, Pensées étranglées     Je rêvais d’évasion dans des paysages édéniques, foisonnants, imprévisibles, somptueux jusqu’à ... Continue Reading

One shot, One Kill

Texte © Mélanie Talcott, extrait de son ouvrage, Les microbes de Dieu    IMPROMPTU N° 109     Un mot de présentation… L’écriture est (ou aimerait tendre à être) une sorte de musique que l’on entend ou que l’on n’entend pas. Que l’on reçoit ou que l’on ne reçoit pas. Qui nous touche et nous émeut, parfois nous bouleverse… ou non. C’est une loi. Celle de la « subjectivité » sans doute, de la « sensibilité person... Continue Reading

Followers

Christ in Limbo, Suiveur de Hieronymus Bosch (Néerlandais, 1450 – 1516), Indianapolis Museum of Art   Ressource image : IMA   « … et quand il eut atteint les dernières limites des ténèbres, en spoliateur resplendissant et terrible, les légions impies de l’enfer le regardèrent avec épouvante, et elles se mirent à demander : "D’où vient celui-ci qui est si fort, si terrible, si resplendissant et si noble ? Le monde qui nous fut soumis ne nous a ... Continue Reading

Night City…

    IMPROMPTU N°107     Un mot liminaire… Paul Valéry, dans un texte de 1938 intitulé « L’enseignement de la Poétique au Collège de France », écrivait ceci : « Nous savons peu de chose d’Homère : la beauté marine de l’Odyssée n’en souffre pas ; et de Shakespeare, pas même si son nom est bien celui qu’il faut mettre sur le Roi Lear. Une Histoire approfondie de la Littérature devrait donc être ... Continue Reading